Expédition au coeur de la Tchétchénie

Dernière mise à jour : 20 oct. 2019


lake kezenoy-am, chechnya, russia

Il y a ceux qui cherchent à se rendre dans des endroits magnifiques exposés à travers les médias sociaux et les magazines, qui pérégrinent en un instant grâce aux superbes photographies que représentent la munificence de ces lieux, qui songent à ces destinations d’un onirisme presque trivial dont tout le monde raffole. Et puis, il y a les aventuriers, ceux que les terres arides et balayées par les vents font rêver, que ces bourrasques soient d’ailleurs bien réelles ou simplement le spectre éthéré d’une situation géopolitique compliquée.

Oui, il y a ceux qui cherchent l’aventure, qui s’évertuent à se rendre là où sont les dernières contrées peu explorées, celles dont on n’a jamais entendu parler qu’au travers d’une note dans un vieux livre d’histoire, que des obstacles physiques ou politiques rendent difficiles à atteindre, là où la plupart des voyageurs même motivés finissent par ne pas s’y rendre parce qu’il est trop compliqué d’y aller, parce que l’endroit est jugé trop dangereux, parce que la destination leur est inconnue ou simplement parce que c’est trop loin.


jérémy ransy, shearwater, chechnya

C’est dans l’une de ces zones grises que notre équipe composée de plongeurs issus de l’école de plongée sous-marine Divemonkey de Liège en Belgique, dirigée par Jérémy Ransy, instructeur et leader de cette expédition, a décidé de se rendre. Deux lacs et un réseau souterrain localisés en Tchétchénie seront explorés par notre équipe de plongeurs en septembre prochain, tous entraînés à différents niveaux techniques et en pleine préparation pour cette expédition, ils s’emploieront à mettre au jour les secrets que renferment ces eaux peu connues.

Ce qui les rassemble? Un intérêt commun pour la découverte géographique et culturelle de cette région du Caucase méconnue et très souvent définie comme dangereuse. Intérêt né d’une curiosité à découvrir la région d’origine d’un de nos plongeurs qui est également un membre à part entière de l’expédition.


chechnya, plongeur, expédition

Cette région, encore tristement dépeinte par les médias et connue sous le nom de Tchétchénie, se situe sur les versants nord de la chaîne de montagnes du Caucase Russe. C’est dans ces montagnes que se situent les sites que nous allons explorer, tout d’abord le Lac Kézénoï-Am et ensuite le Lac Galantchoj. Ces lacs n’ont été, jusqu’à présent, que très peu ou pas du tout explorés par des plongeurs. Leurs profondeurs exactes sont toujours actuellement inconnues et les secrets que renferment ces lacs restent encore à découvrir.


Une brève histoire des Lacs :


lac kezenoy-am, tchétchénie, plongeur

Le lac Kézénoï-Am

Kézénoï-Am est le lac le plus grand et le plus profond du Caucase du Nord couvrant une superficie de 2,4 km² et une profondeur estimée à 72m actuellement. Il se situe en Russie à la frontière de la République Tchétchène et la République du Daghestan, sur le versant sud de la crête d'Andiysky, à 1 869 m d'altitude. Ce lac est situé dans une zone de prés, de steppes et de montagnes peuplée de bouleaux, saules, et cerisiers.

L’eau du lac est très claire et froide pendant la majeure partie de l’année et ne dépasse pas en été 17-18C° en surface et a une température de fond estimée aux alentours des 5 C°.

Le lac est colonisé par un type de truite propre au lac et unique au monde appelée truite d’Ezenami, en danger critique d’extinction, en cause, l’introduction de carpes se nourrissant des œufs de truite ou s’attaquant directement à celle-ci.

Le Kézénoï-Am a été créé à la suite d'un important glissement de terrain qui s'est produit il y a environ 600 à 700 ans sur le versant sud de la crête de Kashkerlam et qui a bloqué la vallée de la rivière Ansalta.

En raison de sa taille, le lac est également connu sous le nom de « Andian Sea ».

Pendant la période soviétique, la base d'entraînement de l'équipe olympique d'aviron de l'URSS était également située sur les rives du lac.